ECOLO
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sécurité : garantir la sécurité pour tous et partout

La mise sur pied de la police intégrée, en 2001, a fortement modifié l'organisation de la police au niveau local, surtout dans les zones de police pluricommunales. Si cette réforme a eu des effets positifs, d'autres se font encore attendre, notamment en ce qui concerne l'un de ses grands objectifs annoncés, à savoir renforcer ce que l'on a appelé la « police de proximité » ; également appelée « police du sommeil », elle nous permet de dormir sur nos deux oreilles, et se distingue de la « police de l'ordre » (frontières, étrangers, manifestations ...) et de la « police criminelle ». La police locale se trouve souvent accaparée par des tâches administratives

Pour pallier cette carence, une série de dispositifs sont peu à peu apparus, comme les contrats de sécurité et de prévention. Dans le même temps, une série de tâches relevant habituellement de la fonction de police ont été transférées à des acteurs privés : contrôle du stationnement, gardiennage … Tout ceci n'est pas sans poser des problèmes de cohérence et de coordination et donc, au final, d'efficacité en matière de politique de sécurité.

Quelle politique pour la sécurité ?

Pour Ecolo, il convient de renforcer la police de proximité par des mesures qui permettent reconnaissance et valorisation des policiers, leur assurent des conditions de travail confortables et garantissent leur présence sur le terrain ainsi que leur participation à la vie des quartiers et des villages.

La sécurité routière - ou plus exactement l’insécurité routière - peut constituer un facteur important du sentiment d’anxiété latent. Les usagers « faibles » (cyclistes, piétons) sont bien entendu les plus exposés. Les investissements qui sont consacrés à la voiture restent incomparablement supérieurs à ceux consentis aux transports en commun : voies rapides, bétonnage des rives autrefois consacrées aux piétons, invasion des parkings en centre-ville ou dans les villages (au lieu de prévoir des parkings de dissuasion à l’extérieur des villes avec un service efficace de transports en commun), réticence à l’aménagement des voies piétonnes … Au-delà de ces aspects importants de conception urbanistique, la commune a un rôle à jouer dans la prévention et dans l’information. Il est en tout cas urgent de prendre en compte très sérieusement ce facteur d’insécurité, responsable de drames humains mais aussi de coûts élevés pour la collectivité.

Une des principales missions des pouvoirs publics est de garantir la sécurité de tous les Hannutois. Si la sécurité passe inévitablement par une police de proximité efficace, elle nécessite de mener des politiques qui offrent à tous les Hannutois et Hannutoises la sécurité d’existence, un cadre de vie sécurisant et la possibilité d’avoir une place dans la vie sociale. Toutes les propositions, ailleurs dans le programme, assurant des conditions de vie décentes, participent à l’amélioration de la sécurité de chacun.

Les axes d’action et des propositions pour les mettre en œuvre

Rétablir et garantir le contrat social pour une commune où chacun-e se sent en sécurité

Une commune où chacun-e se sent en sécurité, c'est avant tout une commune où chacun-e a sa place.

* Garantir la sécurité d'existence aux plus fragiles (emploi, logement ...)

* Soutenir les politiques de cohésion sociale (fêtes et maisons de quartier ...) et de « sport pour tous »

* Agir vis-à-vis des petits commerçants

o faciliter, par exemple en le préfinançant, l'accès au système « Télé Police » permettant aux commerces d'être reliés à un commissariat en cas d'incident ;

* Améliorer la qualité de l’espace public, qui renforce tant la sécurité subjective (éclairage ...) qu'objective (lutte contre le stationnement illégal, la vitesse excessive …)

* Afin de garantir le contrat social, lutter contre les « petites incivilités » (tags, dépôts clandestins, vandalisme ...), à la fois en les poursuivant (fonctionnaires constatateurs et sanctionnateurs …) et en les prévenant (par exemple, en créant des espaces d'expression pour les arts urbains ou des infrastructures sportives, en menant des campagnes d'information et de sensibilisation ...)

Garantir une police démocratique et au service de la population

Pour Ecolo, les priorités policières doivent être définies démocratiquement.

* Créer des conseils ou comités consultatifs (qui peuvent être constitués sur base du conseil consultatif communal de prévention) rassemblant des représentants des différents acteurs concernés par la politique de sécurité sur le territoire communal : autorités politiques, policières, judiciaires, mais aussi habitants et associations

* (Re)définir démocratiquement les priorités des missions policières dans les conseils zonaux de police

* Reprendre la lutte contre les infractions environnementales parmi les priorités (équipe de policiers formés à la législation environnementale dans la zone de police, développement de stratégies adaptées en collaboration avec les services de propreté, information des citoyens sur les risques de sanctions et sur les sanctions prises …)

* Améliorer le fonctionnement des zones de police, à travers la généralisation du droit d'interpellation citoyenne au conseil de police, l'information régulière des habitants et des médias (séances de présentation des actions menées par la zone, diffusion de brochures reprenant les numéros utiles ...) ou l'ouverture du conseil zonal de sécurité

* Evaluer régulièrement les politiques mises en place afin de permettre un ajustement continu des décisions prises en fonction des objectifs poursuivis et des effets observés

* Réinvestir massivement dans une véritable police de proximité, dans l'esprit de la réforme des polices et

o multiplier les patrouilles non motorisées (à pied, à cheval, à vélo, en rollers), assurer une présence policière dans les villages et les quartiers (notamment les quartiers avec des problématiques spécifiques : noyau commercial, présence de prostitution, lieux générateurs de nuisances tels que les dancings ...) dans de larges plages horaires ;

o mieux prendre en charge les victimes d’agression physique et/ou sexuelle ;

o organiser la participation des policiers à la vie de la communauté (fêtes de quartier, visites d'écoles, opérations « portes ouvertes » ...) ;

o développer des Partenariats locaux de Prévention pour les Indépendants (PLP-I) dans le centre ville ;

o ne pas considérer l’installation de caméras comme la seule solution aux problèmes de sécurité et ne l’envisager que dans des cadres précis compte tenu des évolutions technologiques (mécanismes de détection des activités, veille informatique ...) en veillant à bien cadrer (protection et conservation des données, différenciation espaces publics et privés, protection des personnes soupçonnées et des victimes d'actes de délinquance ...).

Recruter, former et évaluer les policiers

* Accorder une attention particulière à la formation des policiers

* Investir dans la formation à la gestion des problèmes de voisinage et à l'assistance aux victimes, en collaboration avec les associations spécialisées (notamment les associations de femmes) pour améliorer la qualité de l'accueil aux victimes (entre autres les femmes victimes de violences conjugales)

* Garantir des conditions de travail confortables (horaires, rémunération, soutien psychologique ...)

* Favoriser les collaborations entre zones de police, entre autorités policières et judiciaires, entre régions et entre pays afin de permettre les échanges de pratiques et la circulation de l'information, notamment sur les évaluations annuelles réalisées par les zones

Renforcer le dispositif de sécurité civile en accordant une attention particulière aux pompiers

* Comme défini par l'arrêté royal du 16 février 2006, établir un plan d’urgence et d’intervention, désigner un fonctionnaire chargé de la planification d'urgence et mettre en place une cellule de sécurité composée des différents intervenants concernés, avec évaluation annuelle transmise au Conseil communal

* Favoriser la transparence et la participation des Hannutois(es), à travers l'organisation de séances d'information

* Etablir un cadastre des installations susceptibles de présenter un danger (conduites de gaz, antennes GSM, lignes à haute tension ...)

* Favoriser les collaborations entre communes ou entre zones de secours, notamment en ce qui concerne la mutualisation des coûts

* Améliorer le statut des pompiers volontaires

* Accorder une attention particulière à la formation des pompiers

Assurer la sécurité aussi sur les routes

* Prendre systématiquement en compte le facteur « sécurité routière » en matière d’aménagement du territoire

* Tenir compte de la mobilité douce dans tous les aménagements routiers

* Favoriser les transports en commun et les parkings de dissuasion à l’extérieur des agglomérations

* Améliorer les trottoirs dégradés et être strict sur le stationnement «sauvage» des véhicules automobiles

* Multiplier les pistes cyclables, en concluant des accords avec les communes limitrophes

* Généraliser la mise à disposition des chemins de halage à l’attention des cyclistes

* Repérer les zones les plus dangereuses et accroître le nombre de zones 30, de casse-vitesse clairement signalés, de rétrécisseurs de chaussée ou de toute autre technique visant à ralentir la circulation dans ces secteurs, en concertation avec les acteurs concernés, notamment les exploitants agricoles

* Adopter une signalisation adaptée, précise et efficace et mettre en place, avec l’aide de l’IBSR, des formations en sécurité routière tant à l’égard des enseignants que des enfants

* Renforcer la prévention et la répression de comportements dangereux : vitesse excessive, conduite sous influence, arrêt ou stationnement dangereux …

* Accorder une attention particulière à une série de problématiques typiques des villages, telles que la circulation des quads ou les feux domestiques

Ca bouge !
A chaque réunion, notre groupe se consolide un peu plus... Rejoignez-nous!
Actu ECOLO
Remonter en haut de la page