ECOLO
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Favoriser l'accès à une alimentation durable et soutenir les pratiques agricoles de qualité…

Nous nous nourrissons quotidiennement et participons ainsi à un système agroalimentaire complexe qui façonne le monde autant qu’il nous construit. De la terre à l’assiette, le chemin croise une large série d’enjeux touchant à la culture, la santé, l’environnement, l’économie, la solidarité, les relations Nord-Sud … Pour les écologistes, l’objectif est de permettre l’accès de tous à une alimentation de qualité, respectueuse de la santé, produite dans des conditions préservant l’environnement et garantissant un revenu correct aux producteurs. Nous sommes convaincus que Hannut peut jouer un rôle important pour favoriser l’émergence de systèmes agro-alimentaires écologiques.

Quelle politique en matière d’alimentation et d’agriculture ?

Les agriculteurs participent à la production économique et, tout en façonnant nos paysages, ils agissent sur les ressources naturelles, sur notre cadre de vie. A côté, il y a les « consommateurs » de ces mêmes productions (aliments, eau, paysage) qui, par leurs choix de consommation, influencent également leur environnement.

Ecolo souhaite maintenir une vie agricole, dans nos campagnes hannutoises. Il s’agit, dès lors, de permettre à un maximum de paysans de vivre de leur métier. Mais cette agriculture doit impérativement évoluer pour diminuer sa pression sur l’environnement (impact négatif sur la biodiversité, perte de fertilité des sols, dégradation de la qualité des eaux …) et réduire sa dépendance au pétrole.

A l’autre bout de la chaîne, on constate une dégradation des habitudes alimentaires et l’apparition ou l’augmentation des problèmes de santé liés à une consommation excessive et/ou déséquilibrée, notamment dans les milieux précarisés.

Ecolo défend un système alimentaire durable qui tient compte de l’ensemble des interactions entre les différents maillons de la chaîne : production, transformation, distribution et consommation. Il s’agit de maintenir une agriculture familiale et vivrière, garante de la protection de l’environnement et de la biodiversité, et de permettre une transition progressive des structures agricoles, des productions et

des politiques pour répondre aux besoins des populations locales avec des aliments de haute qualité nutritionnelle et sanitaire.

La commune de Hannut peut contribuer à de meilleures relations entre les agriculteurs et les consommateurs et à une amélioration de la qualité des productions en renouvelant un contrat entre l’agriculteur et la société basé sur l’agro-écologie.

Les axes d'action et des propositions pour les mettre en œuvre

Encourager ouvertement les pratiques agricoles respectueuses de l'environnement

* Mettre en place un point de contact hannutois pour promouvoir les intérêts de la conversion à l'agriculture biologique, assurer une assistance administrative et permettre un accès aux demandes régionales de soutien financier

* Organiser sur le territoire de Hannut des séances de promotion et de formation à destination des producteurs locaux ou ceux qui souhaitent développer cette activité

* Sensibiliser aussi le milieu horticole aux "bonnes pratiques" respectueuses de l'environnement

* Mettre en valeur les terrains et parcelles représentatives de ces pratiques

Favoriser l’accès de tous à une alimentation suffisante, durable et de qualité

* Créer un droit au repas sain et quotidien pour tous les enfants en offrant la possibilité, dans toutes les écoles, d’obtenir un repas équilibré, sain et de qualité à petit prix - prix coûtant ou prix réduit - pour les familles à faibles revenus

* Développer une stratégie et un programme d’actions visant à soutenir l’alimentation durable au niveau communal : plan nutrition santé communal ou charte communale de l’alimentation durable; impliquer et coordonner en ce sens tous les acteurs communaux de la chaîne alimentaire dans le but d’agir tant sur la demande que sur l’offre

* Inclure systématiquement l’alimentation durable dans les marchés publics et faire de l’alimentation durable, la norme. Mettre à la disposition des gestionnaires de cantine les moyens nécessaires à la transition (encadrement, cahiers des charges type, guides pratiques, collaborations avec le monde associatif …) et organiser des formations à l’alimentation durable pour tous les acteurs (responsable des achats, personnel de cuisine et d’encadrement, enseignant, parent, élève ...)

* Soutenir la transition vers l’alimentation durable dans les lieux de restauration publics et/ou communaux (outre les cantines scolaires, les crèches et les lieux d’accueil extrascolaires, les restaurants sociaux, administrations, entreprises …) en veillant à la participation de tous les acteurs

* Veiller à ce que les programmes de transition visant à promouvoir une alimentation suffisante, durable et de qualité à l’échelle communale soient accessibles aux cantines des CPAS ainsi qu’aux organismes fournissant des repas à domicile aux personnes fragilisées

* Donner à tous, dans les écoles ou autres lieux publics, un accès permanent à l’eau potable et supprimer la vente de sodas. (A Thisnes, dans les classe de maternelles il y évier et gobelets, par contre en primaire l'évier situé dans les toilettes est en très mauvaise état - fuit, évier fêlé et souillé de calcaire – hygiène défaillante)

* Saisir de la question le conseil de participation des écoles

* Organiser des actions de sensibilisation et d’éducation à l’alimentation saine et durable, ainsi que des activités favorisant l'apprentissage du goût et de la diversité alimentaire, dans les écoles, administrations communales, CPAS, clubs sportifs et structures gérées par la commune de Hannut (ou la Régie Communale Autonome) : diffusion de livrets de recettes élaborées par des élèves, rencontres de personnes plus âgées ou de culture culinaire différente, collations saines, soupes, création de recettes …

* Encourager l'organisation d'ateliers cuisine ou de "bars à soupe", favoriser les échanges de savoirfaire culinaire en veillant particulièrement à réduire la fracture sociale

* Encourager la réduction de la consommation de viande, en diminuant les grammages dans les menus des cantines, en participant au Veggie Day (à l’exemple de Gand, Hasselt ou Bruxelles) …

* Intégrer certaines actions de promotion de l’alimentation durable dans la politique du tourisme en y associant notamment l’Horeca

Favoriser la rencontre et la (re)connaissance entre agriculteurs, citoyens et consommateurs

* Mettre sur pied une commission communale « alimentation, agriculture et société » rassemblant des agriculteurs, des transformateurs mais aussi des citoyens et des représentants des associations et institutions, en vue notamment de favoriser une agriculture vivrière de proximité et le développement de circuits courts

* Soutenir les initiatives locales permettant la rencontre entre habitants, agriculteurs et transformateurs d’une même zone pour favoriser les échanges et valoriser la production agricole et alimentaire locale (journées portes ouvertes, conférences, travail en réseaux …)

* Sensibiliser les enfants des écoles à l’agriculture (visites à la ferme, animations, tables rondes agriculteurs-habitants …)

* Soutenir le développement de Groupes d’achat collectif (GAC) ou de Groupements de soutien à l’agriculture paysanne (GASAP) en mettant un local à leur disposition, en faisant connaître leur existence ou prenant l’initiative de lancer une dynamique locale en ce sens

* Favoriser une agriculture circulaire locale (que le fumier de l'un nourrisse par exemple, les terres de l'autre) ou favoriser le travail collaboratif chez les agriculteurs d’une même zone (échange de matériaux, d’engrais naturel, mise en commun de tâches, achat de matériel commun …)

* Réserver et visibiliser une zone du marché du lundi à la production agricole locale

Développer la consommation par les pouvoirs publics des productions locales de l’agriculture biologique et de qualité différenciée et encourager les filières courtes

* Intégrer l’alimentation durable dans les marchés publics communaux en privilégiant un modèle alimentaire équilibré, développant le goût et la connaissance et utilisant des produits biologiques ou de qualité différenciée dans tous les marchés publics publiés par la commune de Hannut ou de structures paracommunales; intégrer des critères clairs en ce sens dans les cahiers des charges des marchés publics (crèches, écoles, maisons de repos, administration…)

* Assurer la représentation et la mise en valeur de la production agricole locale lors d’événements et dans les informations communales

* Soutenir la mise en place de coopératives agricoles (commercialisation, transformation, conservation, hall relais …)

* Encourager l’installation de magasins de producteurs à Hannut et ses villages et promouvoir le commerce itinérant avec des produits régionaux, de qualité différenciée

Intégrer l'alimentation de qualité dans les activités patrimoniales, culturelles et touristiques

* Sensibiliser le secteur Horeca à l’alimentation durable et valoriser les initiatives prises en ce sens par ces acteurs

* Associer le secteur Horeca et les acteurs locaux tels les GAC, Hannut Tourisme Promotion pour valoriser les productions locales et l’alimentation durable

* Insérer dans les guides touristiques des signalétiques visant à valoriser les projets et acteurs locaux en alimentation durable

* Pour les évènements organisés par la commune de Hannut, veiller à ce que les fournitures alimentaires intègrent des critères de durabilité

Encourager et soutenir le maraîchage individuel, collectif ou pédagogique

* Promouvoir les potagers collectifs ou les jardins groupés, espaces privilégiés de lien social entre voisins et intergénérationnel mais aussi de lien avec la terre et l’alimentation, en réalisant d’abord un inventaire des zones susceptibles d’être affectées à des potagers collectifs, et en mettant à disposition des citoyens l’équipement minimal pour leur culture

* Développer les potagers, les mares, les vergers, les ruchers à vocation pédagogique, tant pour les enfants que pour les adultes, parce qu’ils sont des lieux d’apprentissage des espèces locales, des rythmes naturels, du jardinage écologique …

* Mettre sur pied un potager communal de démonstration, en collaboration avec les écoles et/ou le monde associatif (appel à projet)

* Intégrer les potagers solidaires et l’alimentation durable dans les Plans de cohésion sociale

* Organiser des séances d’information sur les potagers de balcons, le vermicompostage et autres techniques de culture.

* Encourager le cercle horticole et les associations ou personnes pouvant contribuer à l’échange des savoirs potagers, y compris dans une perspective intergénérationnelle

* Organiser le partage des savoirs (Foire aux savoir-faire) autour de l’alimentation durable

* Soutenir, en particulier là où les immeubles à appartements sont nombreux, l’installation de compostage de quartier

Soumettre l’attribution des terres publiques à des critères environnementaux et sociaux

* Réaliser un inventaire patrimonial des terres publiques

* Favoriser l’installation des jeunes ou le développement des plus petites exploitations, créatrices de main d’œuvre, notamment lors de l’affectation de terres communales

* Edicter des règles d’attribution des terres favorisant les productions biologiques, les filières courtes, la conservation des ressources et de la biodiversité

Favoriser le développement de mesures agroenvironnementales et stimuler les meilleures pratiques agricoles pour préserver le maillage écologique

* Informer les agriculteurs au sujet des mesures agro-environnementales et les encourager à participer au programme par une aide administrative, l’instauration d’une démarche collective ou des surprimes, en particulier pour ce qui concerne la mesure 10 relative à la réalisation d'un plan d'action agro-environnemental

* Stimuler le partage d’expériences, d’informations et de matériel en lien avec les meilleures pratiques agricoles

* Favoriser les réseaux d'information sur les pratiques agricoles respectueuses de l'environnement : permaculture, agroforesterie, …

* Dans le cadre d’opérations de remembrement ou d’amélioration de chemins agricoles, faire systématiquement une évaluation de l’impact de ces travaux sur la biodiversité et prendre – par ordre de préférence – les mesures de protection, d'atténuation ou de compensation nécessaires.

* Prévoir de nouveaux aménagements pour reconstruire ou améliorer les habitats afin de favoriser le développement de la biodiversité (Hannut compte 300km de voirie communales, une portion significative peut aisément être bordée de haies favorisant le développement de la biodiversité et prévenant de l'érosion)

* Participer activement à un plan de lutte contre le déclin des abeilles

* Intégrer des conditions exigeantes dans l’octroi des permis d’environnement des exploitations agricoles et en contrôler le respect

* Soutenir le poste de l'agent constatateur pour effectuer les contrôles et assurer le suivi des procès verbaux d’infractions en collaboration avec la police de l’environnement de la Région wallonne

Décourager les implantations d’élevages intensifs industriels

Pour des raisons liées à la santé publique, à la protection de l’eau et des sols, à la limitation des odeurs et des rejets d'ammoniac et de CO2 et au bien être animal, Ecolo souhaite la réduction des élevages intensifs hors sol, ceci d’autant plus que le bétail nourri avec des aliments importés est plus que jamais exposé à la volatilité des prix mondiaux, et à la hausse des coûts de production.

* Rendre publique l’opposition de Hannut au développement de l’élevage intensif hors sol sur son territoire, par exemple par l’adoption d’une motion argumentée par le conseil communal et sa diffusion à la population

* Le cas échéant, introduire des prescriptions rendant de tels projets plus difficiles dans les outils d’aménagement du territoire (Schéma de structure communal (SSC), Plan communal d’aménagement (PCA) …)

* En cas de (avant-) projet, avoir une attitude proactive en tentant de convaincre l’agriculteur de réorienter son projet

* En cas de dépôt d’une demande, veiller au caractère complet et à la qualité de l’étude d’incidences (émettre des exigences complémentaires, si besoin), puis rendre une décision solidement motivée en mettant en œuvre la motion votée par le conseil

Ca bouge !
A chaque réunion, notre groupe se consolide un peu plus... Rejoignez-nous!
Actu ECOLO
Remonter en haut de la page